Skip to content

Message du père David, dimanche 22 mars 2020

Chers paroissiens,

 

Dimanche dernier c’était à moi de prêcher, mais la messe n’a pas pu avoir lieu. Et demain ce sera pareil. Du coup, je vous envoie une petite réflexion sur les lectures de ce « Dimanche de Laetare ».

 

D’abord je tiens à vous rappeler que la messe aura lieu, mais que nous avons interdiction de vous y accueillir. Demain, à 11h, pendant que chacun regardera la messe à la télé ou sur internet, le père Bouttin et moi offrirons notre messe privée pour vous dans votre église. Malgré la distance, nous serons tous en communion de prière. N’hésitez pas à prendre en photo votre famille autour de votre coin de prière et à envoyer la photo à une autre famille de la paroisse pour laquelle vous avez prié. Surtout, n’hésitez pas nous confier des intentions de prière, pour lesquelles nous offrirons la messe.

 

Ensuite, vous dire que plusieurs personnes me demandent en quoi ils peuvent aider ceux qui traversent un moment difficile : par exemple, faire des courses avec masque et gants et les déposer à la porte de quelqu’un qui ne peut pas sortir, etc. N’hésitez pas nous signaler des personnes qui auraient besoin de ce type de soutien.

 

Je suis toujours à votre disposition pour vous donner des sacrements (individuellement et avec un masque), surtout à l’approche de Pâques ou s’il y a un danger de mort quelconque. Un chrétien n’est pas tenu de communier à chaque fois qu’il va à la messe le dimanche, mais il est tenu de faire de son possible pour communier à Pâques et en danger de mort.

 

A ce sujet, en attention aux malades de COVID19 en quarantaine, qui ne peuvent pas recevoir les sacrements (et à ceux qui prennent soin d’eux), exceptionnellement, le pape accorde une indulgence plénière, s’ils regrettent de tout cœur leurs péchés, prient aux intentions du St Père, et prennent la ferme résolution de recevoir la communion et confession dès que possible. Pour la recevoir, le pape demande qu’on prie un crédo, un notre père et une prière pieuse à Marie ou, dans la mesure de nos possibilités, qu’on participe à un acte de piété diffusé par les médias (messe télévisée, par exemple). En danger de mort, le regret des péchés suffira. A ceux qui ne sont pas malades mais qui sont privés sacrements à cause de l’épidémie (vous), le pape accorde la même indulgence, mais avec les conditions suivantes :

 

En plus du regret des péchés, de la prière pour le pape, du ferme propos de se confesser et communier dès que possible, et de participer un acte liturgique diffusé dans les médias, le fidèle devra prier pour la fin de l’épidémie, pour les sanitaires ou pour les défunts du corona virus, l’une des prières suivantes : chemin de croix, chapelet, 30 minutes de lectio Divina, visite au très Saint Sacrement ou même chapelet de la miséricorde (nouveauté !).

 

Méfiez-vous toujours des journaux qui expliquent les discours du pape avec leur interprétation personnelle. Consultez plutôt les documents officiels à la source. Je vous mets le site internet du Vatican ci-dessous. A ce jour, je n’ai pas trouvé de traduction française officielle mais elle devrait apparaitre sous peu dans le site du Vatican ci-dessous :

 

http://www.vatican.va/roman_curia/tribunals/apost_penit/index_fr.htm

 

Comme promis, je termine avec un mot sur les lectures de ce dimanche (en guise d’homélie qui ne remplace pas celle de votre messe télévisée) :

 

Jésus guérit un aveugle de naissance pour nous apprendre que le baptême et la conversion nous font passer des ténèbres à la lumière, et qu’il n’y a pas de plus grand aveugle que celui qui, par orgueil, refuse de croire en Jésus. Il existe une ignorance innocente et une ignorance coupable. C’est vrai, que nous ne sommes pas toujours coupables de nos péchés, parce que souvent on n’est pas vraiment conscients de la gravité et des conséquences de nos actes. Mais c’est vrai aussi que nous sommes coupables de cet orgueil qui nous aveugle, comme ceux qui ne voulaient pas avouer que Jésus était le messie, même devant l’évidence des faits.

 

En rapport avec cela, et aux sujet de l’élection de David, la première lecture dit que les hommes regardent les apparences, mais Dieu voit le cœur. Dieu accomplit souvent des grandes œuvres au travers de personnes rejetés par le monde en raison d’une incapacité, comme l’homme handicapé de l’évangile d’aujourd’hui. Je voudrais donc terminer par une vidéo témoignage d’un handicapé de naissance qui s’est converti en lisant l’évangile de ce dimanche.

 

https://youtu.be/XqHS3uxdaug

 

En fin, pour ceux qui ne le savent pas, selon la tradition, cet aveugle de naissance qui devient disciple de Jésus, sera un des premiers chrétiens à évangéliser la Provence : St Sidoine. Selon la tradition, lors du martyr d’Etienne et de la première persécution à Jérusalem, les chrétiens qui ont fui par la mer ont débarqué prêt du port de Marseille et ont évangélisé la Provence. Parmi eux, il y aurait Marie Madeleine (à la Ste Baume), Marthe, Lazare, St Sidoine (l’aveugle) et St Maximin (le centurion de l’évangile qui a donné nom à la ville dans laquelle on a retrouvé en 2014 le crâne de St Sidoine qui aurait été son 2ème évêque). Les savants confirment que la relique du crâne de Marie Madeleine correspond à une femme palestinienne du 1er siècle, les exégètes confirment que les personnages de l’évangile selon St Jean étaient des leaders des communautés chrétiennes à qui il adresse l’évangile, et les historiens confirment qu’un des premiers lieux de fuites des chrétiens a été la Province en raison des routes commerciales qui reliaient les ports de Césarée et Marseille). Mais seul Dieu sait si c’est vrai. Ce que nous savons c’est qu’ils sont au Ciel et nous confions notre pays à leur intercession.

 

Je vous renvoie en PJ les conseils de la semaine dernière pour bien vivre ce temps en famille et ses communions spirituelles.

 

En union de prière,

p. David HP

paroisse St Georges

Activités à la une

Parcours Alpha

Jeunes

Couple

Pause café