Homélie du père David sur le scandale des prètres

Sans doute, vous avez entendu dans votre vie beaucoup d’homélies sur la guérison de l’aveugle de Jéricho. Aujourd’hui, je préfère m’attarder sur la 2ème lecture, dont on prêche très rarement parce qu’elle n’a pas de rapport avec l’évangile, à différence de la 1ère lecture, du moins, la plupart des dimanches. Je vous relis le début du chapitre 5 de la Lettre aux Hébreux :

Tout grand prêtre est pris parmi les hommes ; il est établi pour intervenir en faveur des hommes dans leurs relations avec Dieu ; il doit offrir des dons et des sacrifices pour les péchés. Il est capable de compréhension envers ceux qui commettent des fautes par ignorance ou par égarement, car il est, lui aussi, rempli de faiblesse ; et, à cause de cette faiblesse, il doit offrir des sacrifices pour ses propres péchés comme pour ceux du peuple. On ne s’attribue pas cet honneur à soi-même, on est appelé par Dieu, comme Aaron.

En lisant cela, comment ne pas penser à tous ses prêtres qui ont mal tourné dont les média nous parlent régulièrement. Il parait que beaucoup de catholiques ont perdu confiance en leurs curés et attendent une parole de notre part.

Saint Vincent de Paul disait que tous les maux de l’Église viennent des prêtres ! La lettre aux hébreux dit que tout prêtre est pris parmi les hommes pour intercéder en leur faveur, et qu’il comprend les faiblesses des hommes parce qu’il est lui-même couvert de faiblesse. Comment un prêtre pourrait vous guider dans les combats de la vie spirituelle si lui-même n’avait pas aussi ses propres combats à mener ?

Comme les prêtres de l’Ancien Testament offraient des sacrifices pour leur propres péchés, puis, ce du peuple ; de même les prêtres de la Nouvelle Alliance, nous offrons le sacrifice du Christ pour nos propres péchés et ceux du peuple. Et nous offrons notre vie en sacrifice pour nos propres péchés et ceux du peuple, afin de ressembler à Jésus qui s’est offert pour nos péchés. Lui, qui n’a pas péché, peut s’offrir en sacrifice parfait. Depuis la veille de sa passion, il nous a donné son sacerdoce pour que nous puissions offrir son propre sacrifice et nous offrir avec lui. Nous qui sommes imparfaits, nous pouvons offrir un sacrifice parfait parce que nous offrons le sacrifice de Jésus.

Du temps de St Augustin, l’Église sortait d’une grande persécution, certains prêtres avaient témoigné jusqu’aux martyr, et d’autres avaient renié leur foi par peur. Mettez-vous dans la peau de quelqu’un dont le père est mort martyr et qui assiste à la messe d’un prêtre qui n’a pas eu ce même courage. Certains théologiens prétendaient que les sacrements donnés par des prêtres qui ne sont pas saints n’ont pas d’efficacité. Mais St Augustin, qui avait eu un passé bien dissolu (pour d’autres raisons), était bien placé pour savoir que l’efficacité du sacerdoce vient du Christ et ne pas de la sainteté du prêtre. Il disait que quand Pierre baptise c’est le Christ qui baptise en lui, et quand Juda baptise c’est aussi le Christ qui baptise.
Jésus est le seul prêtre capable d’offrir un sacrifice pur et notre sacerdoce n’est qu’une participation du sien. Le prêtre, sans le secours de Dieu n’est même pas capable de sauver son âme, comme il pourrait sauver les vôtres ?

La lecture que nous venons d’entendre le dit clairement : personne ne peu s’attribuer l’honneur du sacerdoce. Personne ne le mérite. C’est Dieu qui les choisit par miséricorde. D’ailleurs c’est la devise du pape !

Tout prêtre est pris parmi les hommes pour intercéder en leur faveur. Il n’est pas un être à part. Chaque prêtre a été pris parmi les hommes de son temps. Il a les mêmes faiblesses, mais aussi le même appel à la sainteté. Il y a des prêtres saints et des prêtres pécheurs, de même qu’il y a des pères de famille saints et des pères de famille pécheurs. Il y a des prêtres qui ont une psychologie saine, et d’autres qui ont une psychologie malade, de même qu’il y a des pères de famille qui ont une psychologie saine et d’autres qui ont une psychologie malade. Pourquoi s’en étonner ?

Pourtant, si les média en parlent c’est parce que c’est étonnant. Les choses normales ne peuvent pas faire l’objet d’un reportage. Dans les journaux télévisés personne ne parle des couples qui se brisent, des jeunes qui font une tentative de suicide parce que malheureusement c’est tellement fréquent que personne en est surpris.

Si un prêtre avec une double vie fait la une dans les journaux, c’est un bon signe. Ça veut dire que les gens en sont choqués, que les gens n’ont pas l’habitude de voir des mauvais prêtres. Inquiétez-vous le jour où se sera tellement fréquent que les gens n’en parleront plus, comme c’est le cas pour les familles déchirées et tant d’autres drames.

Actuellement, en France, parmi les dizaines de milliers d’hommes en prison pour des histoires d’abus, savez-vous combien sont prêtres ? Une petite dizaine. Si les médias parlent d’eux et ne pas des autres dizaines de milliers qui ne sont pas prêtres, c’est que les français en sont frappés, car l’immense majorité des prêtres, ce sont des hommes exemplaires.

Donc je vous mets en garde contre toute idéalisation naïve des prêtres, mais aussi contre toute généralisation ou amalgame. Le piège ce serait de perdre le droit fondamental à présomption d’innocence. Combien de prêtres maintenant doivent faire très attention à l’image qu’ils renvoient, pour ne pas être victimes de soupçons qu’ils n’ont pas mérités! Il y a 10 ans, un jeune qui subissait de la maltraitance à la maison, de la violence, et qui était sur le point de se donner la mort, il pouvait se jeter dans les bras d’un prêtre pour pleurer toutes les larmes de son corps. Aujourd’hui, ce n’est plus possible. Le prêtre qui ne marque pas les distances peut devenir victime de fausses accusations. Ce n’est pas normal !

Les médias parlent des évêques à qui on a dénoncé un mauvais prêtre et qui ont cru naïvement à l’innocence de ce dernier, mais personne ne parle de toutes les fausses accusations que ce même évêque reçoit régulièrement dont il doit apprendre à se méfier.

De même, qu’un musulman n’est pas djihadiste jusqu’à preuve du contraire, un prêtre n’a pas une double vie jusqu’à preuve du contraire ! On est innocent par défaut ! Cette généralisation c’est le symptôme d’une question plus profonde, qui est subjacente depuis bien longtemps : c’est que depuis Mai 68, la société ne croit plus que le célibat soit possible, et encore moins chez un homme… eh bien, moi je vous dis que c’est faux !

La psychologie moderne a compris beaucoup de choses sur l’inconscient mais elle ignore tout sur la Grâce de Dieu. Bien sûr que c’est impossible sans le secours de Dieu. Mais il se trouve que Dieu existe et qu’il donne sa Grâce à travers la prière et les sacrements. Beaucoup de gens voudraient que les prêtres se marient, et voudraient prouver que les prêtres ne vivent pas vraiment leur célibat, et vous savez pourquoi ? Parce que ces milliers de prêtres et de bonnes soeurs qui vivent heureux dans leur célibat consacré, tout donnés à Dieu et à leurs frères sont la preuve que Dieu existe, que Dieu peut combler le coeur d’un homme et que Mai 68 n’a rien compris !

Activités à la une

Parcours Alpha

Jeunes

Couple

Pause café