Le sacrement des Malades

« C’est Jésus en personne qui arrive pour soulager le malade, pour lui donner des forces, pour lui donner l’espérance, pour l’aider; et pour lui pardonner aussi ses péchés ». Pape François.

Le sacrement des malades et le pape François

« Il y a une icône biblique qui exprime dans toute sa profondeur le mystère qui transparaît dans l’Onction des malades : c’est la parabole du "Bon Samaritain" dans l’Évangile de Luc (10,30-35).

A chaque fois que nous célébrons ce sacrement, le Seigneur Jésus, dans la personne du prêtre, se fait proche de celui qui souffre, est gravement malade ou âgé. La Parole dit que le Bon Samaritain prend soin de l’homme souffrant en versant sur ses blessures de l’huile et du vin.

L’huile nous fait penser à ce qui est béni par l’évêque chaque année, à la Messe chrismale du Jeudi Saint, en vue précisément de l’Onction des malades. Le vin, lui, est signe de l’amour et de la grâce du Christ qui jaillissent du don de sa vie pour nous et s’expriment dans toute leur richesse dans la vie sacramentelle de l’Église.

Enfin, la personne souffrante est confiée à un aubergiste, afin qu’il puisse continuer à prendre soin d’elle, quoi qu’il lui en coûte.

Maintenant, qui est cet aubergiste ?

C’est l’Église, la communauté chrétienne, c’est nous, à qui chaque jour le Seigneur Jésus confie ceux qui sont affligés, dans leur corps ou leur esprit, pour que nous continuions à reverser sur lui, sans compter, toute sa miséricorde et son salut ». Pape François

Recevoir le sacrement des malades

Extrême onctionCe sacrement n'est pas seulement donné au dernier article de notre mort mais encore en d'autres circonstances.

Par exemple, face à la maladie grave, à une opération importante, ou en grande souffrance morale, nous pouvons recevoir l'onction des malades.

 

Une question ?

N'hésitez pas, contactez-nous...

Dans cette rubrique

Activités à la une

Parcours Alpha

Jeunes

Couple

Pause café